Ces petits pas insuffisants qui pourtant font bouger les lignes

22 mai 2017 § Poster un commentaire

Chaque semaine, 10 foyers trouvent enfin un toit, grâce à la finance solidaire qui s’investit au sein de la foncière Habitat et Humanisme.

Une famille entre, le malheur sort.

Certes, tout n’est pas gagné, mais les portes qui s’ouvrent sont celles de l’espoir.

Le combat est permanent ; il s’inscrit dans la durée : plus de 30 ans. Le temps aurait pu nous user, il nous a confortés dans le fait que l’action n’avait qu’un défaut, l’insuffisance.

Confrontés à bien des discussions, parfois des oppositions, d’aucuns nous invitent à bâtir ailleurs. Comme vous, la ségrégation nous insupporte. Avec vous, nous croyons que « la rébellion d’aujourd’hui, c’est l’ouverture à l’autre » pour reprendre la belle formulation d’Alexandre Jollien.

Nos petits pas parfois nous blessent. Il faudrait parcourir le chemin de la solidarité à grandes enjambées. Seulement le recul de la pauvreté et de la précarité nécessite – ne nous payons pas de mots – non seulement une mobilisation de l’épargne mais aussi des compagnons de route pour que, là où l’on construit, les personnes se reconstruisent.

Je pense à ce chef d’entreprise d’une PME de 42 salariés. Il a sombré, tout a craqué, y compris la santé physique et psychique. Le temps d’errance s’est arrêté avec la remise d’une clé qui a ouvert bien des serrures qui s’étaient grippées. Il ne dispose pas seulement aujourd’hui d’un toit ; il se sait reconnu, alors tout peut recommencer.

N’est-ce pas cela l’espérance, non pas un mot creux, mais qui nous creuse pour découvrir cet espace inviolable, si nécessaire pour l’estime de soi afin de l’offrir à celui qui ne l’a pas ou plus.

Souvenons-nous de l’hymne à l’homme de Sophocle : « il est bien des merveilles en ce monde, il n’en est pas de plus grande que l’homme ».

Aller vers les oubliés de la Société c’est aussi les transporter vers des lieux qu’ils n’osent point rêver. Quand ils en franchissent le seuil, ils ont souvent les larmes aux yeux, s’interrogeant avec émerveillement : qui suis-je pour être ainsi respecté ; entendez : aimé.

La dignité n’a pas de prix, la mettre en œuvre est le chemin royal de l’insertion.

Au sein des associations ne sommes-nous pas des Petit Poucet qui déposant des cailloux dans des mains ouvertes et expertes, bâtissent des murs étonnants. Jamais ils n’emmurent pour être ceux qui, désirés avec cœur, se révèlent des espaces où l’improbable se fait jour.

Bernard Devert
Mai 2017

La rencontre de nos aînés, école de spiritualité et de l’éthique

16 mai 2017 § Poster un commentaire

Que de personnes confrontées au grand âge sont en deuil au regard du vivre-ensemble, considérant qu’elles sont inutiles, jusqu’à se penser comme une charge.
J’aimerais leur dire qu’elles sont une chance nous appelant à mieux nous investir sur les 3 valeurs de la République, socle de notre démocratie :
•    Liberté pour imaginer des espaces qui protègent mais restent ouverts,
•    Égalité : le prendre soin conduit à atténuer les inégalités physiques, psychiques, sociales. Les postures de surplomb sont insupportables pour comprendre que vous nous offrez la possibilité de dépasser nos propres enfermements,
•    Fraternité : s’agissant d’entrer dans une relation où le mystère de l’être est éveil à l’Infini.

Qui n’éprouve pas la joie de dire à nos aînés qu’ils sont une chance.

•    Chance, pour nous aider à sortir de l’idée mortifère de la puissance conduisant à évaluer la personne à l’aune de son utilité, de sa capacité à produire.

Faut-il attendre les drames pour s’apercevoir qu’ils sont, pour partie, liés au refus d’accueillir la vulnérabilité.

•    Chance, pour reconnaître qu’à l’école de l’humanité, nos aînés sont des maîtres. Ils n’ont nul besoin de ces ouvrages qui encombrent et permettent de se cacher derrière un savoir académique. Leur parole est libérée et épurée de par les épreuves qu’ils ont su surmonter pour offrir à la vie l’intelligence du courage et de la bienveillance.

•    Chance, d’être les héritiers d’une histoire, jamais indifférente à l’avenir de ceux qui la reçoivent.

•    Chance, de les rencontrer. Leurs rides ne sont-elles pas trace des aridités traversées. Leurs visages livrent avec pudeur les combats dont ils sont sortis vainqueurs dans ce passage de la possession à la libération, si bien exprimé par cet explorateur de l’esprit qu’est René Daumal, dans le Mont Analogue :

« Je suis mort parce que je n’ai pas de désir ; je n’ai pas de désir, car je crois posséder. Je crois posséder parce que je n’essaie pas de donner. Essayant de donner, on voit qu’on n’a rien. Voyant qu’on n’a rien, on essaie de se donner. Essayant de se donner, on voit qu’on n’est rien. Voyant qu’on n’est rien, on désire devenir.
Désirant devenir, on vit ».

Ce trésor de vie naît de l’accumulation de la perte des idées toutes faites laissant jaillir des cœurs – non point lézardés mais creusés – une espérance que le temps patine.

A la prétention des savoirs, vous offrez, chers aînés, une richesse inattendue : le temps n’est pas l’ennemi, il est le dévoilement de ce qui, enfoui, s’avère l’essentiel, déjà l’éternel que seule, la fragilité révèle.

Bernard Devert
Mai 2017

Le temps des déclarations ou celui de se déclarer pour plus d’équité

9 mai 2017 § Poster un commentaire

La déclaration de revenus peut conduire à déclarer nos engagements pour des causes humanitaires ou culturelles.

Qui d’entre nous ne souhaite pas réduire les fractures de la Société ? La mission relève du pouvoir régalien, mais aussi de notre décision de construire des ponts pour ne pas rester à distance des blessés de la vie.

Le législateur encourage la philanthropie et les investissements relevant de l’intérêt général avec les dispositifs TEPA et Madelin. Des niches fiscales, disent certains ; le terme n’est ni heureux, ni juste, s’agissant non pas d’un abri mais d’un élan possible vers les laissés pour compte.

Les réductions d’impôt relatives aux investissements concernent ceux dont l’impact est la réduction des situations de précarité.

En économie, la niche se définit comme un segment d’activité qui a peu de concurrence. L’agir contre la misère justifierait qu’il y ait beaucoup d’émulation pour susciter cette charité inventive comme aimait à le dire Jean-Paul II.

L’économie sociale et solidaire en est la trace insuffisante encore, même si avec bonheur elle progresse constamment. N’est-elle pas une réponse concrète à une montée des consciences interrogative du sens de ce qui nous fait vivre jusqu’à interpeller notre relation à l’argent pour le flécher vers des programmes donnant place à ceux qui ne l’ont pas ou plus.

En médecine, la niche est une cavité, en lien avec les ulcères. Ici, elle est un creuset réunissant des épargnants qui, ulcérés de voir cette pauvreté si destructrice des personnes que l’espoir est métastasé.

Intolérable de consentir à ce que des frères n’aient pas de toit ; mais quel drame lorsqu’il s’agit de malades qui, au soir de leur vie, se trouvent à la rue. Aussi, travaillons-nous sur un projet mobilisant des bénévoles – dont des soignants qui déjà se manifestent – pour que la fin de vie de ceux qui ont déjà éprouvé tant de dureté soit traversée par la tendresse.

Ces feuilles d’impôt rébarbatives, ne pourrait-on pas les lire comme une déclaration d’espérance pour ce qui est entrepris et à entreprendre au sein de l’espace public comme volonté d’humanisation des relations sociales, retenant le bien commun comme boussole de nos engagements.

Bernard Devert
Mai 2017

 

En marche… pour une société plus juste

2 mai 2017 § Poster un commentaire

La campagne, trop longue en raison notamment des primaires, s’achève dans l’essoufflement et l’inquiétude ; elle aurait pu s’apparenter à « un hôpital de campagne » pour mieux diagnostiquer les lèpres de notre société et s’attacher à les guérir.

Nombre de nos concitoyens, blessés par la vie, ont le sentiment d’être oubliés. Il en résulte une désespérance aggravant le mal, d’où la tentation de se tourner vers des extrêmes.

Cette campagne a brisé les partis de Gouvernement au pouvoir depuis des décennies. D’une certaine façon, ‘l’effet Trump’ s’est propagé.

Le politique est plus habile à utiliser le ‘bistouri’ des mots qui touchent l’adversaire que d’opérer les transformations qui s’imposent. Le corps social enfiévré perd ses repères et s’interroge sur la capacité des édiles à faire changer, mais alors quelle est leur mission ?

Le repli sur soi est proposé comme un traitement. Quelle erreur que de ne pas comprendre que ce qui est fermé toujours fermente, d’où ces replis amers et défaits par les plis de l’amertume pour avoir perdu le sens de l’autre, conduisant sur les chemins de l’espoir.

Il nous faut nous mettre en marche.

En marche, pour s’éloigner des promesses successives et contradictoires d’un court-termisme qui assassine l’avenir.

L’attention à la cohérence offre à la société la cohésion recherchée.

En marche, pour refuser résolument ces politiques de régression, stigmatisant celui qui est autre, différent, ou encore étranger, laissant entendre qu’il est coupable de nos difficultés. L’hétérogénéité n’est-elle pas source de la vie.

En marche, pour se laisser habiter par le souffle de ceux qui ont su se lever pour faire tomber des frontières jusqu’à susciter une espérance qui a pour nom, l’Europe. Le dessein de cette heureuse construction, au lendemain de la guerre, était de bâtir durablement la paix ; elle mérite que nous lui apportions le meilleur de nous-mêmes. Au diable ces velléités et pratiques qui la mettent en accusation pour mieux occulter nos erreurs et faire oublier nos insuffisances.

Que de signes d’espérance l’Europe a fait, et continue à faire, naître. La crise financière traversée aurait-elle pu l’être sans la monnaie unique. Que de solidarités se bâtissent au cœur des échanges, comme Erasmus, souhaitant que ce dispositif soit étendu aux jeunes en apprentissage.

En marche, pour entreprendre afin de réduire les inégalités et les injustices. Les 40 % de la population, selon les sondages, attirés par les extrêmes, loin d’être des extrémistes, n’éprouvent-ils pas un rejet se traduisant par un S.O.S pour être entendus.

En marche, pour mieux comprendre les situations de vulnérabilité.

Notre Pays est en attente d’un ‘prendre soin’. Dimanche, refusant l’extrémisme ou l’abstention, veillons à dynamiser cette marche vers une plus grande humanité.

Bernard Devert
Mai 2017

Laïcité et religion, clés pour ouvrir la cohésion sociale

27 avril 2017 § Poster un commentaire

Dans ma lettre aux candidats à l’élection présidentielle, il me semblait urgent de rappeler que la réconciliation de la Nation avec ses quartiers difficiles devait être une des préoccupations majeures de celui qui serait élu à la magistrature suprême.

Que d’incompréhensions au regard des différences de cultures et sur la mise en œuvre de la laïcité, pierre d’angle de la cohésion sociale.

Être laïc, ce n’est point être ‘a-religieux’ mais s’inscrire dans le tissu social comme un facilitateur de relations constructives et apaisées. La Société a besoin de tisseurs.

Habitat et Humanisme n’occulte pas ses liens avec l’Eglise, consciente que la catholicité est l’expression de l’ouverture à l’autre. L’entre-soi n’est pas chrétien.

Se laisser interroger par l’Evangile, c’est identifier le pauvre avec le Christ : « Ce que tu as fait aux plus petits d’entre les miens, c’est à moi que tu l’as fait » (cf. Mt 25).

Dans cette perspective, refusant les séparations réductrices, la laïcité bien comprise est appelée à prendre en compte l’homme reconnu dans ses convictions au sein de la Société dans laquelle il évolue.

La laïcité est trop souvent entendue comme une pressante obligation à refuser dans l’espace public toute référence aux courants spirituels et religieux, pour les enfermer dans le champ privatif.

Seulement, le spirituel ne peut pas être mis de côté ou à côté, sauf à nier l’homme dans sa dimension ontologique ; mais alors comment lui demander de se situer comme un acteur du bien commun. Le bien commun l’emporte sur les intérêts particuliers.

La démocratie – c’est sa difficulté, mais aussi sa noblesse – ne se présente pas comme un simple acte de gestion mais comme une vision de l’homme à qui il est reconnu une pleine capacité à faire surgir l’intérêt général.

Les convergences entre croyants et incroyants sont à mettre en exergue. Dans les situations de crise elles s’imposent naturellement pour faire naître un humanisme qui rassemble.

L’heure est de créer des carrefours de liberté.

La liberté fait peur, tant du côté du croyant que de l’incroyant. Pourtant, elle est la condition pour entrer dans une libération de l’être pour rejoindre en soi-même l’homme universel.

Mère Teresa, Sœur Emmanuelle, mais aussi Gandhi, Nelson Mandela et bien d’autres encore ont fait surgir dans leur humanité un tel dépassement que bien des incompréhensions et des conflits ont pu être dépassés.

Souvenons-nous de la prière de Salomon à l’Eternel : « donne-moi un cœur intelligent ».

Hommage à M. François de WITT

24 avril 2017 § Poster un commentaire

Il y a cinq mois décédait brutalement François de Witt ancien dirigeant de Finansol ; journaliste, il a bénéficié d’une belle audience avec l’émission : mieux vivre votre argent. Lors de l’AG qui a eu lieu ce vendredi 21 avril, Bernard Devert, ami de François a formulé l’hommage en des termes ci-joints :

« Nous devons aller vers la lumière, m’écrivait François de Witt le 21 décembre 2014, alors qu’il préparait son ouvrage au titre évocateur de ses engagements « La preuve par l’âme ».

Homme de parole et de la parole, il veillait à mettre en cohérence les mots et les actes. Sa formation à Polytechnique l’a préparé à résoudre bien des inconnues et à s’aventurer dans cette recherche de nouveaux possibles.

Les mathématiques paradoxalement l’ont plutôt rapproché de la mystique et c’est à l’épreuve de raisonnements déductifs que se dévoila son esprit intuitif révélé pleinement par une rencontre qui lui fit reconnaître la richesse de sa personnalité.

Toute reconnaissance est naissance.

Il avait le sens du réel. Il ne l’entendait pas comme un verrou mais comme un appel à faire surgir des « passages » libérateurs des finitudes pour aller vers des idéaux, traces de la lumière constamment recherchée.

De l’Ecole Polytechnique à sa profession de journaliste, quel rapport ? Une rigueur, ou plus exactement une vigueur de la pensée, dont jamais il ne se départit par respect de ses auditeurs et de ses lecteurs.

A la réflexion, fut-il seulement un journaliste ? Oui, au sens où il choisit cette profession alors qu’à la sortie de l’« X » bien des voies lui étaient proposées. Le projet qui lui tenait à coeur était de s’investir sur une mission d’information mais aussi de formation pour faire comprendre l’enjeu des questions économiques et financières.

La démocratie lui apparaissait en danger par la méconnaissance de l’économie.

Soutenu par un sens pédagogique hors du commun, il sut sans jamais moraliser privilégier la dimension éthique invitant son public à s’interroger sur la question du sens, de l’argent, de l’économie, de l’existence.

Je l’entends fustiger avec des mots sévères l’arrogance d’un certain capitalisme. Il avait la conviction qu’il exploserait, la financiarisation de l’économie étant alimentée par une soif mortifère de l’avoir et de la puissance.

Ce constat lui était insupportable, si contraire à la lumière. D’expérience, il savait qu’elle ne se trouve que là où les relations sont constitutives de liens, de réciprocités, d’échanges et de partages.

Avec un sourire témoignant de sa bienveillance et de son humour, il n’était pas fâché de relever, ici et là, des failles annonciatrices des fins d’un modèle économique barbare.

Épris de liberté François, espérant cette fin du capitalisme sauvage, se présentait comme le défenseur de l’économie de marché, trace d’une ouverture dès lors qu’elle est libérée de l’étau de la financiarisation.

Il se souvenait du mot de ce grand juriste Georges Ripert : « le monde est peuplé d’êtres nouveaux qui ne sont pas comptés dans le démembrement de la population mais qui sont aussi vivants que des êtres physiques ».

Vivants, mais ces êtres nouveaux sont animés par des ambitions meurtrières de l’humain.

Aussi inquiet du chaos que le capitalisme outrancier pouvait faire surgir pour concentrer trop de pouvoirs sans grandes oppositions, il fut l’une des grandes voix de la finance solidaire et de la philanthropie.

Présidant Finansol, il impulsa l’entrepreneuriat social sans le limiter aux seules entités associatives dont le rôle majeur est d’être un laboratoire pour faire naître une économie humanisante au sein des entreprises, de toutes les entreprises.

Nous devons aller à la lumière, conscients qu’elle ne se trouve pas seulement dans le monde que nous appréhendons mais dans l’univers dont chaque être est une partie, portant ainsi en lui-même une trace de l’Infini, ou encore de l’Eternel.

Lui citant Paul Eluard : « il est un autre monde mais il est dans celui-ci », François me reprit, soulignant que cet autre monde est partie prenante de ce monde, mais il est bien plus que ce monde.

L’homme était pour lui plus grand qu’il ne le croit ou qu’il ne le pense.

Aller à la lumière n’était pas seulement pour François une grande idée – fût-elle très belle – mais la clef pour comprendre le sens de l’être, de la vie ; il nous la laisse dans son ouvrage « La preuve par l’âme ».

L’âme, c’est le coeur. Le croyant qu’il fut, envisageait le Royaume des cieux comme le royaume du coeur ou pour reprendre l’expression de ce grand mystique et poète du XXème siècle Maurice Zundel : « Dieu, c’est quand on s’émerveille ».

Pétri du Livre de l’Humanité, il faisait sienne la prière de Salomon à l’Eternel : « donne-moi un coeur intelligent ».

Cette intelligence, non seulement il nous l’a partagée, pour saisir que l’indicible jamais ne se trouve mais toujours s’éprouve. Il en parle en termes de frémissement. Ne serait-ce pas celui du déjà-là de la résurrection.

François est de ceux dont on dit : « ils ont une belle âme », une âme qui, plus encore que l’esprit, s’élève pour relever ceux-là mêmes qu’ils rencontrent.

Cet hommage à François voudrait exprimer une gratitude partagée pour ce qu’il est, pour ce qu’il nous a permis d’être.

Il avait des maîtres, François Cheng était l’un d’eux.

Souhaitant à François sa fête, il me précisa que les réformés ne fêtent pas les saints. Mais St François ajouta-t-il – dont Cheng parle si bien – me protège. Aussi, me dit-il, soyons oecuméniques !

Encore et toujours cette ouverture sans laquelle il n’y a pas de lumière.

François de Witt a peut-être eu le temps de lire le livre de François Cheng « De l’âme ». Dans la cinquième lettre de l’ouvrage, l’auteur écrit : « les chercheurs du vrai et du beau savent que sur la Voie, la souffrance est un passage obligé par lequel on peut atteindre la lumière. Dans le gouffre tragique d’un monde enténébré, au plus noir de la nuit, la moindre lueur est signe de vie, une luciole qui passe, une étoile qui file, un feu qui prend… »

François était cette étoile, ce feu.

Bernard Devert
Avril 2017

Tout passage est le déjà-là d’un infini

13 avril 2017 § Poster un commentaire

La vie est faite de nombreux passages. Tous n’ont pas la même densité mais beaucoup d’entre eux nous changent ; certains sont si décisifs qu’ils nous transportent vers des actions transformatrices de soi et de la société.

Pâques, sans s’imposer à l’Histoire, interroge la nôtre. L’homme de Nazareth, « Passeur de vie » nous invite à l’être. Ne serait-ce pas cela croire : ouvrir ce qui est fermé, assouplir ce qui est raide, pour témoigner d’inespérés passages.

Pâques est ‘le passage’ qui, pour introduire l’inattendu d’un avenir, nous invite non pas à l’attendre, mais à l’anticiper. Espérer, c’est faire naître.

Ces derniers mois, accompagnant des familles roms, libérées de ces enfers que sont les bidonvilles, nous nous aventurons sur le chemin d’un autrement, exode vers une terre de liberté.

Nous savons combien nos frères aînés dans la foi refusèrent ce passage, grommelant auprès de Moïse d’avoir à quitter une terre de servitude dans laquelle ils s’étaient installés, le Livre dit même : vautrés.

La servitude acceptée, mère des passivités délétères, éloigne de ces passages de vie, d’où ces naufrages d’humanité.

Heureusement, il est de ces entraides fraternelles, passage indélébile d’amitié et d’espérance, tel celui de ces enfants et parents discriminés qui, soudainement, voient une lumière dans leur avenir, via les parcours d’insertion dans lesquels ils s’engagent.

Ce passage n’est pas sans difficulté pour nos frères roms. Leur histoire leur a fait perdre l’estime d’eux-mêmes pour avoir rencontré trop de mépris, de visages haineux, pour le moins une indifférence glaciale gelant le désir de s’en sortir.

Il y a quelques jours, nous fîmes une fête du livre avec ces enfants qui, il y a encore 18 mois, ne savaient pas lire. Ils expriment désormais de l’intérêt à ouvrir un livre, passage et passeport vers une autre rive qu’ils n’imaginaient point.

Le livre brise des frontières. L’inattendu des échanges participe à un nouvel ouvrage, celui de la fraternité ; il s’écrit à plusieurs mains en écho au Livre d’humanité qui, avec ses prophètes, dynamise la vie, un appel à quitter ce qui enferme, à sortir de ce qui fracture pour faire naître un vient et un va. Un passage.

La confiance libère une audace pour s’engager dans ces passages se révélant un appel à lutter contre les Babel où s’enferment les mêmes, parlant une même langue qui alimente sectarismes et intégrismes.

Ce Livre qui, sans jamais s’imposer, est si riche d’humanité qu’il est difficile de le fermer. Il nous parle, non pas d’un deus ex machina, mais d’un Père si tendre qui, ne disant rien de Lui, ou si peu, n’a pas d’autre désir que de nous introduire dans la Pâque du Christ, annonciatrice de la nôtre.

Cette Pâque est un exercice spirituel. Ne nous met-il pas sur le passage des frères comme les disciples d’Emmaüs pour une hospitalité conférant à la vie son sens et son intelligibilité.

A vous passeurs d’espérance et de fraternité, à vous chercheurs et défricheurs d’humanité, joyeuses fêtes de Pâques.

Bernard Devert
2017