La fête de l’Assomption de la Vierge, une invitation à faire de nos vies une ascension

22 août 2016 § Poster un commentaire

Au 15 août, si l’été décline et les jours baissent, les textes en la fête de l’Assomption ne parlent que de lumière : le soleil pour manteau, la lune sous les pieds et une couronne de douze étoiles (Ap. 12,1).

Marie, suivant le poème de Dante, ennoblit notre humanité pour nous conduire vers des sommets. Les atteindrons-nous, je ne sais, mais se mettre debout pour les gravir est déjà une ouverture transformatrice de la vie pour lui conférer du sens.

Le sommet n’est pas le ciel, pour n’être point un lieu. On ne va pas au ciel, on devient le ciel dans la perspective où ce grand poète et spirituel que fut Maurice Zundel dit que le ciel, c’est le cœur. L’expression surprend mais l’amour toujours bouscule les idées qui enferment.

Souvenons-nous du Père Jacques Hamel, poignardé alors que son amour est désarmant comme Celui-là même qu’il célébrait.

Gardons en mémoire l’engagement du Père Maximilien Kolbe déporté à Auschwitz ; il fit surgir sur ce lieu de l’enfer, le ciel au sens zundélien du terme :

Des SS rassemblent par colonnes des hommes dont les plus vulnérables sont envoyés dans des fours crématoires. Un père de famille est retenu pour être jeté dans la fournaise. Alors, un frère de Saint-François sort des rangs. Il fait face aux bourreaux et prend la place de cet homme. Une mort acceptée, donnée, par-donnée au-delà de la barbarie dont l’horreur n’a d’égal que la bestialité de penser anéantir la vie alors que là où elle est donnée, jamais elle ne sera volée ; elle est hors d’atteinte, inviolable.

Magnifique, cette traversée des ténèbres pour être une ascension, j’ose dire une assomption.

Aller vers les sommets, c’est prendre le risque du très bas, suivant le beau livre de Christian Bobin. Savoir quitter les sécurités pour débusquer l’indifférence meurtrière observant qu’entre l’homicide psychologique et l’homicide réel, il n’y a qu’une différence de circonstance, comme le souligne la parabole du Bon Samaritain.

Le Lévite et le prêtre changent de trottoir pour ne pas vouloir porter assistance à l’homme roué de coups.

Marie pour les chrétiens, Myriam pour nos frères musulmans, ne cesse de nous inviter à vivre des déplacements intérieurs. N’est-elle pas celle qui, dans sa maternité de l’essentiel, trace de l’éternel, nous aide à prendre de la hauteur non pas pour surplomber les réalités mais pour s’inscrire dans des espaces de tendresse.

Dans les heures difficiles traversées, l’urgence est de risquer cette bienveillance pour comprendre que le prochain est celui à qui nous prêtons attention.

Ensemble, éprouvons la joie de bâtir des ponts pour que le caractère sacré de la vie ne soit pas enfermé derrière des murs.

Ensemble, n’acceptons pas que les personnes en perte d’autonomie, isolées et sans ressources se trouvent sans soutien au soir de leur existence.

Ensemble, refusons que des centaines de milliers de familles recherchent vainement un logement. La fraternité n’est pas un mot creux, elle creuse une source d’énergie pour s’élancer vers des ciels dont la lumière est celle de la générosité et de la responsabilité.

Ensemble, n’admettons pas que des mamans et des enfants connaissent la rue. Une situation déshumanisante qui suscite certes des indignations, mais s’impose une mobilisation pour répondre à la question « Qu’as-tu fait de ton frère ».

Ensemble, apportons une contribution à ce drame humanitaire que représente l’exode de personnes devant quitter leur terre pour être pourchassées par la haine.

Que d’ascensions à vivre ; Quelle prière peut mieux accueillir Marie que celle de notre détermination à être serviteurs de la cause des pauvres.

Bernard Devert
15 août 2016

Pour gagner la paix

1 août 2016 § 1 commentaire

La lâcheté peut s’avérer monstrueuse : cet homme lançant à vive allure un camion contre une foule en fête, ou encore ces deux individus armés d’armes blanches poignardant un prêtre âgé, célébrant une messe dans un quasi huis clos.

Ces actes fous n’ont d’autre but que de semer la peur, de terroriser ; ils suscitent une juste colère sans briser la fraternité qui, au contraire, se déploie. Qui aurait pensé que le culte musulman invite les imams et les fidèles à rejoindre les chrétiens dans leurs églises et réciproquement.

Alors que la cohésion sociale est déjà bien lézardée, un espoir se fait jour.

Quel contraste entre ces lâches qui, incapable d’affronter la vie, fuient, exaltés, inhibés par des drogues, et ce peuple souffrant gardant un magnifique sang-froid, attentif à son unité. Des différences légitimes s’expriment mais la vive conscience du tragique est mobilisatrice d’une détermination à vivre ensemble pour faire face à d’autres risques, peut-être d’autres drames.

La résignation n’a pas de place. Il s’agit d’entrer en résistance au sens de créer de nouvelles alternatives pour ne point sombrer dans un fatalisme mortifère ou dans une peur destructrice de sens ; la bête immonde doit être vaincue pour que les valeurs d’humanité ne soient pas humiliées.

Nous ne capitulerons ni ne fuirons devant un tel ennemi. La liberté ne se négocie pas, il s’agit de la défendre. Chaque génération la reçoit en lui offrant si nécessaire le tribut de la vie pour qu’elle ne s’assombrisse point.

Soyons présents sur les lieux engluant l’espoir. Ensemble, nous ne voulons pas fermer les yeux, encore moins ceux du cœur. Que se lèvent des « petits princes » qui, sans se payer de mots ou de formules incantatoires, agissent dans cette conviction que, seule, la fraternité protège.

A Cracovie, le pape François demandait à la jeunesse des six continents d’être sur le terrain ; l’heure n’est pas celle des ‘réservistes’, il s’agit, ajoutait-il, de construire des ponts et non de bâtir des murs.

Vous n’aurez pas ma haine, écrivait très justement Antoine Leiris dont l’épouse fut lâchement assassinée au Bataclan. Les barbares ne prendront pas davantage notre confiance en l’avenir.

Le combat est engagé sans vengeance, dans une mobilisation qui ne vise pas seulement à gagner la guerre mais plus encore à gagner la paix.

Aussi convient-il de rechercher les causes de radicalisation et ne pas seulement les dénoncer ; elles ne sont pas toutes étrangères à un urbanisme qui, déjà en 2005, suscita un état d’urgence, alors circonscrit aux territoires confrontés à la guérilla urbaine.

Un grand chantier doit s’ouvrir pour briser l’enfer de ceux qui habitent ces quartiers. Il est urgent de ne plus laisser du temps à cette violence sourde, alimentée par la misère qui brise l’avenir de trop de jeunes.

La paix n’est possible que là où la recherche de justice et de fraternité témoigne qu’aucune personne n’est insignifiante. N’est-ce pas un appel à veiller à ce que les plus vulnérables trouvent les conditions d’une dignité ; elle n’est pas assurée à ceux condamnés à survivre dans des quartiers de non-droit, touchés non seulement par la ghettoïsation mais par une forme d’apartheid. L’expression heurte, mais elle est juste pour traduire la réalité de ces lieux de graves ruptures sociales.

Un engagement doit être pris pour éradiquer dans des cités le cancer dont les métastases laissent le champ à l’esclavage des esprits et concourent au mépris de la vie alimenté par des obscurantismes homicides.

Que de récits éclairent l’avenir de ceux qui pensaient ne plus en avoir. Aidés, certains vont devenir des aidants, tel cet homme sans domicile, blessé par des voyous. A la sortie de l’hôpital, une fraternité se constitue pour lui procurer un petit appartement et un travail. Depuis 6 mois, il héberge lui-même gracieusement, chaque fin de semaine et durant les vacances, un jeune étudiant sans soutien, sauf celui d’un proviseur l’accueillant pendant le temps scolaire.

Autre récit d’inclusion dans la ville de 150 Roms, dont 90 enfants, parqués pendant plus de cinq ans dans des bidonvilles. Ils disposent désormais d’un hébergement provisoire mais décent, outre une formation mise en œuvre par l’Etat et le Conseil de l’Europe.

Ne voulant occulter ni les difficultés, ni les raisons d’espérer, observons que ces familles roms s’inscrivent dans un processus d’insertion, suite à une transformation progressive des regards. La fraternité encore balbutiante donne les signes d’un déjà-là.

Ainsi, ce garçon de 8 ans qui, après plus de cinq années passées dans un bidonville, découvre un autre horizon. A la question de Reina, son accompagnatrice : « as-tu faim ? », il répond: « j’ai besoin que tu ne me lâches pas »; il glisse alors sa main dans la sienne.

Ce fugitif et décisif instant change la donne ; ces deux mains ne traduiraient-elles pas l’ouverture des nôtres dans cette recherche de fraternité, une des conditions pour remonter l’horloge de la conscience, suivant la belle expression d’Olivier Py, Directeur du festival d’Avignon. .

Bernard Devert

31 juillet 2016

Le Brexit, une décision qui doit conduire à mieux entrer dans l’Europe

30 juin 2016 § Poster un commentaire

Au lendemain du Brexit, les marchés ont parlé avec la chute brutale des cours de bourse. Les politiques ont exprimé leur désarroi face à la décision du Royaume-Uni de sortir de l’Europe, au risque désormais d’être confronté  à une déchirure intérieure.

Un des leaders de la sortie de l’Union Européenne, Nigel Farage, a reconnu, quelques heures après la publication du vote, que les économies annoncées pour quitter Bruxelles ne seraient pas tenues pour être des promesses de campagne.

Quels mépris et désinvolture de l’électorat !

La prouesse des promesses, c’est qu’elles demeurent croyables sans disqualifier des porteurs du mensonge.

Le Royaume-Uni avait au sein de l’Europe un statut spécifique  dont la monnaie était le signe. David Cameron en organisant le référendum précisa, non sans indélicatesse à l’égard des Etats-membres, que tout ce qui avait pu être obtenu de l’Europe l’avait été.

Se servir sans servir. Quelle idée de la construction européenne !

Les commentateurs au matin du vote  se sont rappelés de la formule du Général de Gaulle ; l’Angleterre est une île. L’image du couple a été largement reprise ; si le  divorce est aujourd’hui prononcé, l’Angleterre n’éprouve aucune urgence à se séparer. Mieux, plus de 3 millions de signatures seraient parvenues au Parlement pour demander un nouveau référendum, d’aucuns considérant qu’ils avaient choisi le Brexit, pensant que le ‘in’ l’emporterait.

Une curieuse expression du vote qui n’honore pas le Royaume-Uni, un des berceaux du parlementarisme.

L’Angleterre est une île, comment ne pas observer que les Etats membres sont des ilots où chacun bâtit l’Europe comme on construit des lotissements, en mettant des barrières pour refuser l’harmonisation des réglementations fiscales  et sociales.

Ne nous étonnons pas que les instances européennes soient perçues comme une technostructure formulant des ‘directives’ ; ne sont-elles pas  entendues comme des injonctions empiétant sur la souveraineté des Etats-membres.

L’opinion publique bâtit progressivement un ‘leave’ larvé, alimenté par le fait que l’Europe est présentée comme la cause de bien des difficultés. Qui n’a pas le souvenir de propos tenus par des personnalités éminentes sur le plan politique : c’est la faute à l’Europe.

Et maintenant ? That is the question, pour reprendre la formule de Shakespeare.

L’heure est de faire mémoire de Robert Schuman, Jean Monnet,  Konrad Adenauer, Alcide de Gaspéri, les pères fondateurs qui ont pensé l’Europe – les Nations étant en guerre – comme une chance pour la paix en la bâtissant non sur l’équilibre des puissances mais dans une volonté de réconciliation des Nations européennes.

Quel est le souci de cette réconciliation quand, exception faite de l’Allemagne, l’Europe est indifférente au drame humanitaire des réfugiés ; indifférente à la pauvreté touchant 28% des enfants en Europe du Nord et près de 34% en Europe du Sud ; indifférente à un chômage massif concernant actuellement plus de 22 millions de personnes.

Les conséquences financières et économiques du Brexit sont largement évoquées. Il y aurait lieu de s’interroger plus encore sur l’Europe que nous voulons construire pour ne point la réduire à un  libre-marché.

Observons que l’Europe ne s’invite pas  dans les programmes des élections présidentielles ; cette absence  ne suscite aucune interpellation des politiques, ce qui en dit long sur l’intérêt que nous lui témoignons.

L’Europe a besoin de tisserands pour lier, relier, telle l’opération Erasmus, une réussite, mais limitée pour ne toucher que les populations convaincues que l’apprivoisement des  différences est créateur de liberté et d’avenir.

Et si le Brexit s’avérait un électrochoc pour que se lèvent des bâtisseurs de liens : une exigeante et passionnante aventure pour construire une Europe  qui, prenant enfin en compte les grandes fractures sociétales, susciterait l’enthousiasme des peuples, comprenant qu’être ensemble est une des clés pour sortir des iniquités et injustices, altérant la paix.

Notre vieux continent a besoin d’un souffle. La construction de l’Europe nous l’offre ; ne la désertons point.

Bernard Devert
Juin 2016

L’école fermée demeure une école de la solidarité

20 juin 2016 § Poster un commentaire

Deux nouveaux logements à Combloux viennent s’ajouter aux 3319 constituant le parc de la Foncière Habitat et Humanisme et aux 2 000 places d’hébergement pour des personnes en perte d’autonomie.

Deux appartements ! Rien, diront certains, ou si peu, mais ne sont-ils pas un petit maillon dans une grande chaîne de solidarité.

Ils ont été réalisés dans une ancienne école, toute une symbolique d’ouverture ; elle nous plonge, quelles que soient nos sensibilités, dans ce livre de l’Humanité qui nous parle de l’homme blessé : « Qu’as-tu fait de ton frère. »

Se mettre à l’écoute de cette parole est une école de vie pour la vie. Habitat et Humanisme tente d’en témoigner pour apprendre à se mettre à l’écoute de l’autre et à le reconnaître dans sa différence comme un égal.

Apprendre, c’est se risquer à un autrement pour s’éveiller à d’autres façons de voir, d’apprécier sans jamais juger et sans autre notation que celle de la bienveillance.

La qualité de l’enseignement ne procède pas du souvenir des acquis mais de la mémoire d’un regard, d’une parole suscitant ce désir de s’élancer vers plus de liberté pour prendre le chemin des sommets.

Toute découverte a un versant lumineux et un autre relevant du clair-obscur, un lâcher prise des certitudes pour s’éveiller aux convictions qui, seules, nous font progresser. Il est alors moins question de savoir que de chercher à apprendre.

La conscience de cette avancée s’opère à un moment où il y a déjà bien longtemps que nous avons quitté l’école, comprenant que la vie est une grande université aux multiples disciplines. L’enseignement ne se reçoit pas ex cathedra mais dans les rencontres inattendues, voire improbables, avec leur cohorte de gravité, de joies  et de peines.

Autant de clés de lecture ; l’une d’entre elles, l’humilité, se propose à notre liberté :. S’ouvre alors une porte qui a pour nom la fraternité.

Les pauvres, nos maîtres, disait Vincent de Paul, nous donnent une belle leçon des choses : l’essentiel, une sagesse ; elle nous conduit à discerner ce que nous ne pouvons pas changer mais qui, en revanche interdit toute paresse qui laisserait en attente ce que nous pouvons et devons transformer. A cette exigence, tous nous sommes appelés.

Entrons dans la gratitude de tous ceux qui, bâtisseurs de liens, savent au plus intime d’eux-mêmes que le grand enseignement, c’est d’agir pour ne point punir l’avenir.

Vous êtes de ceux-là, merci.

Bernard Devert
19 juin 2016

L’épargne solidaire, une valeur qui a la cote.

6 juin 2016 § Poster un commentaire

Le journal La Croix, en partenariat avec France-Info, a publié son 14ème baromètre de l’épargne solidaire. ‘Beau temps’ pour cette collecte qui n’avait jamais atteint un tel résultat : 1,62 Mds€ en 2015, en progression de près de 24% par rapport à 2014.

Cette épargne d’un encours de 8,46 Mds€ au 31 décembre 2015 est portée par plus d’1 million de personnes.

Le sens à donner à l’économie et à l’épargne, son carburant, suscite un réel intérêt.

La solidarité n’est plus seulement une affaire de dons – nécessaires bien sûr – mais un investissement pour contrer une financiarisation de l’économie qui fut et demeure le choc pour l’emploi.

L’approche du réel progresse par rapport au virtuel. Le pape François, dans son encyclique Laudato si, dit que les actes concrets doivent l’emporter sur les idées. L’épargne solidaire est l’un des signes d’une mobilisation transformatrice de la Société.

Le sens traduit une recherche de cohérence entre la parole et les actes.

Toujours dans sa dernière encyclique, François déplore la lenteur de la politique et le manque de décision des politiques, souhaitant voir la création d’une autorité politique mondiale. Une telle perspective est encore bien loin. Aussi, appelle-t-il les hommes de bonne volonté à promouvoir la destination commune de la terre, en s’interrogeant sur le monde que nous laisserons à nos enfants.

Pour que ce monde soit habitable pour tous, ne faut-il pas converger vers des valeurs communes et des orientations de vie traduisant l’éloignement d’une vision égoïste de la Société.

L’épargne solidaire témoigne de la responsabilité des inclus par rapport aux exclus, observant que les premiers acteurs de solidarité sont les salariés qui, au sein de l’entreprise, dirigent leur épargne vers des projets à destination de ceux qu’on nomme les démunis, sans toit, sans travail, mais heureusement pas sans intérêt.

Des entreprises, et pas seulement celles labellisées sociales et solidaires, s’interrogent sur l’impact social de leur activité (impact investing). De grandes sociétés mettent progressivement en œuvre l’entrepreneuriat social via l’Investissement Social Responsable (ISR).

Se dessine un agir où l’acte d’entreprendre ne se réduit pas à la distribution des dividendes mais au partage d’une exigence qui n’a pas de prix pour être celle d’une attention à la fragilité ; déjà elle interroge des décisions. Nul doute que demain, elle traversera davantage l’économie du bien commun, pour reprendre le titre de l’ouvrage de Jean Tirole.

Le développement de l’épargne solidaire présage l’avancée de cette éthique de la responsabilité.

Que de rencontres s’établissent désormais entre deux mondes qui hier avaient leur domaine propre, le business pour l’un, le caritatif pour l’autre. Le mur qui les séparait s’est lézardé.

Les fondations de la ‘maison commune’, auxquelles participe l’épargne solidaire, portent une trace de gratuité dans un investissement de long terme.

Souvenons-nous de cette belle allocution pour la paix, prononcée le 10 juin 1963 par John Fitzgerald Kennedy : « au final, nous habitons tous cette même planète, nous respirons tous le même air, nous chérissons tous l’avenir de nos enfants et tous nous sommes mortels ».

La reconnaissance de cette solidarité mais aussi de cette ‘vulnérabilité’ se révèle naissance d’une sagesse. Les épargnants de l’épargne solidaire en sont les acteurs. Il appartient à chacun de procéder à des arbitrages pour donner à cette économie les chances d’un développement qui ne sera pas indifférent à un monde plus humanisé.

Il nous appartient non seulement de le vouloir mais de le bâtir.

Bernard Devert
Juin 2016

L’indécence fait le plein.

30 mai 2016 § Poster un commentaire

Le Pouvoir parle d’un mieux, mais comment ne pas observer le « millefeuille » des malaises que traduit un climat social tendu. La Société est sans doute accablée, mais le spectacle qu’elle donne est accablant.

Les représentants de la Nation ont dû subir l’assaut du Gouvernement pour l’approbation de la loi El-Komri. Le texte est voté en bloquant toute discussion et toute écoute pour l’imposer via l’article 49-3.

Le manque de confiance n’est pas étranger à l’inflation d’une législation qui, in fine, durcit les relations.

Faire confiance, ce n’est pas tout écrire, c’est écrire ensemble le récit d’une histoire. Le « vivre ensemble » est en panne, faute de créer les conditions d’un « faire ensemble » à l’égard notamment de ceux que la vie fragilise.

Tout ne peut pas relever de l’Etat, sauf à considérer que la subsidiarité est une perte de temps alors qu’elle est la trace du respect de l’autre.

Le projet de loi sur le travail aurait dû susciter des négociations entre les partenaires sociaux ; il a entraîné un déchirement. Le travail réduit à un simple échange de biens, il s’en suit que trop de salariés se sentent instrumentalisés à des fins utilitaristes.

Dans Terre des hommes, Saint Exupéry dit « celui-là qui veille modestement quelques moutons sous les étoiles, s’il prend conscience de son rôle, se découvre plus qu’un serviteur. Il est une sentinelle ».

Notre Société a besoin de veilleurs pour atténuer les manques, à commencer par ceux qui concernent les défaillances du marché.

Le texte El-Komri, dans son article 2, souligne l’importance de l’entreprise sur les accords de branches. N’est-ce pas une ouverture pour une gestion participative via le référendum d’entreprise. Le texte est si ‘détricoté’ qu’il n’a plus de lisibilité sauf celle de l’affichage du bras-de-fer d’un syndicat et du Gouvernement.

Finalement, cette loi du travail bloque le travail avec le déclenchement d’une grève. Il y a pire que le carburant qui ici et là manque, il y a un rendez-vous manqué au cours duquel l’on aurait moins cherché à faire valoir ses forces qu’à s’efforcer de ne point punir ceux qui sont privés d’emploi.

A trop se raidir sur les droits, on perd la flexibilité si nécessaire pour innover. Un arbitrage doit être recherché entre la protection de la personne et les dispositifs à mettre en œuvre pour favoriser l’emploi. Tel était l’esprit de cette loi ; les maladresses syndicales et politiques l’ont brisé.

Comment ne pas être interrogés par le silence assourdissant relatif au chômage massif au moment où l’on traite d’une loi sur le travail. Que de frustrations et d’accablements ressentent les privés d’emploi au point qu’aucune voix dans leur rang ne s’élève. Les inclus sont représentés, insuffisamment et parfois mal, les exclus demeurent les oubliés sans que cela n’émeuve quiconque.

Si les victimes du travail sont connues – rappelons-nous le film La loi du marché dans lequel intervient Vincent Lindon –, que de victimes anonymes, comme le rappelle Jean Tirole dans son ouvrage l’économie du bien commun.

Et si, dans les files d’attente sur les aires des stations-services pour tenter de faire le plein, nous nous laissions interroger sur ce trop-plein d’indécence et d’indifférence à l’égard de ceux qui ne sont point retenus, simplement par ce qu’il n’y a pas d’emploi possible. Il y a une responsabilité collective à le créer.

Bernard Devert
Mai 2016

Les sommets

4 mai 2016 § 1 commentaire

Les sommets suscitent des émerveillements, d’aucuns souhaitant non pas les regarder mais les atteindre.

Les Communautés chrétiennes fêtent l’Ascension. Quel est l’homme qui n’a pas le désir de s’élever pour accéder à ce qu’il est.

Le ciel n’est pas un lieu ; on ne va pas au ciel, on devient le ciel dans cette perspective où ce grand poète et spirituel que fut Maurice Zundel dit que le ciel, c’est le cœur. L’expression surprend, mais le mystère touchant à l’essentiel bouscule toujours les idées reçues ou celles toute faites.

Que de nuages assombrissent l’histoire pour ne point parvenir à ces ciels qui nous ensoleilleraient. Le Docteur Albert Schweitzer disait : « il y a assez d’intelligence dans le monde, mais pas assez de cœur ». Entendons, trop de sommets délaissés.

Maximilien Kolbe, franciscain, déporté à Auschwitz, fit surgir sur ce lieu de l’enfer, le ciel au sens zundélien du terme. Des SS rassemblent par colonnes des hommes dont les plus vulnérables sont envoyés dans des fours crématoires. Un père de famille est retenu, pour être jeté dans la fournaise.

Maximilien Kolbe sort alors des rangs. Il fait face aux tortionnaires et prend la place de cet homme. Une mort acceptée, source de la vie ; il meurt en vivant. Eblouissante ascension.

Il est bien des situations qui, sans être aussi diaboliques, demeurent déshumanisantes. Atteindre les sommets, c’est quitter des sécurités pour débusquer l’indifférence meurtrière. Autant d’ascensions silencieuses au nom d’exigences éthiques, conduisant vers des cimes libératrices.

Souvent les alpinistes s’entendent dire : « belle course ». N’est-ce pas reconnaître l’esprit de gratuité et la recherche d’infini de ceux qui, comme « conquérants de l’inutile », prennent le risque de s’élancer vers ces ciels dont la lumière est celle de la générosité et de la responsabilité.

Bernard Devert
Mai 2016

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 291 autres abonnés